Yoga et cancer

J’imaginais bien que le yoga pouvait être un précieux outil pour supporter ou dépasser le cancer, mais je ne savais pas comment et je n’avais jamais entendu de retours d’expérience.  C’est pour cela que je voulais assister à cette rencontre yoga et cancer organisée par l’IFYLCE (Institut Français du Yoga Lyon Centre-Est) et la Ligue contre le cancer. C’était par une soirée de neige, Lyon était blanche et ses rues glissantes. Il régnait dans cette salle une ambiance de tolérance et d’attention.

L’évocation de la maladie alourdissait les mots. Mais très vite, les témoignages des patients ou des soignants, emprunts de vie et de personnalité, les ont allégés.

Le yoga les a aidés, disent-ils tous. Les a ancrés dans les pieds, leur a redonné des racines et une conscience de soi au-delà de la maladie, au-delà des traitements.

6 séances offertes par la Ligue contre le Cancer, et grâce à l’initiative et à l’investissement de Michelle et de Danielle. Elles racontent.

Michelle brosse un tableau du ressenti des personnes face à la maladie. Danielle expose l’apport du yoga pour aider ces personnes.

La souffrance, explique-t-elle, qu’on nomme dukha en sanscrit, représente un espace resserré. C’est une fermeture dans le corps.

Le yoga permet de passer de cet espace resserré à un espace ouvert, nommé sukha.

Il propose de trouver de la stabilité dans le corps avec la pesanteur, les appuis, le poids du corps. Il redonne ainsi de la confiance. On peut alors abandonner les douleurs, les souffrances. On s’aperçoit qu’on a de la présence.

On passe d’un corps tassé à un corps redressé qui a redécouvert que le sol le porte. On renoue avec quelque chose au-delà de nous, au-delà de notre espace étriqué de personne, dira un patient.

Le cancer rend vulnérable et le yoga apporte la sensation de se faire porter par plus grand. L’axe de la colonne se déploie et redonne force, souplesse et concentré d’énergie.

Dans le chapitre II des « Yoga sutras », est évoqué l’espace ouvert de la posture. Il s’agit d’un espace à l’intérieur de soi. Un espace de bonheur.

Les séances de yoga permettent aux malades de Se retrouver : de retrouver qui on est au-delà de la maladie, de trouver des gens avec qui échanger.

Accepter le changement induit par la maladie, c’est déjà se libérer d’un carcan. Mais si tout est en perpétuel changement dans l’homme comme dans l’univers (« Parinama »), il existe un espace immuable et stable qui est au-delà du « moi ». La prise de conscience de la phase qui existe à la fin de l’inspiration et au début de l’expiration invite à redécouvrir le temps du changement, quelque chose d’immuable dans ce qui est sans cesse en mouvement.

Se mettre dans la stabilité de ses appuis. Se mettre dans ce qui est stable en soi, son ventre ou qui on est au-delà de la maladie.

« J’ai ressenti l’ancrage dans mes pieds et mes doigts de pieds, je n’aurai pas cru que cela soit si fondamental ».

6 séances ? Et après ? Il faudrait déployer les possibilités. Accueillir les patients dans les cours collectifs, proposer un accompagnement plus long, développer les cours individuels. En attendant, 6 séances c’est déjà formidable.

 

Sabine Rabourdin

Encadré sur yoga et cancer

Dans le cadre du cancer du sein, la radiothérapie constitue un traitement plus ou moins bien vécu par les patientes. On pense aujourd’hui que la pratique régulière du Yoga durant cette période permettrait d’améliorer considérablement leur qualité de vie.

La plupart des traitements du cancer ne sont pas sans influence sur la qualité de vie. Si ce paramètre était autrefois négligé par les médecins, les choses sont en train de changer. Lors du congrès 2006 de la société américaine d’oncologie clinique (ASCO), qui réunit les plus grands experts mondiaux, plusieurs cancérologues ont abordé la qualité de vie des patients sous traitement.

Soulager le corps et l’esprit

Une équipe de l’Université du Texas a évalué l’impact du yoga sur le vécu des femmes atteintes de cancer du sein et traitées par radiothérapie. Outre l’angoisse suscitée par la maladie, ce traitement lourd peut entraîner des troubles du sommeil et de la fatigue.

Exercices de respiration, stretching, techniques de relaxation… une trentaine de femmes ont assisté deux fois par semaine à ces cours de Yoga pendant toute la durée de leur traitement. Après avoir pris en compte l’influence d’autres facteurs capables d’influer sur la qualité de vie comme le stade du cancer ou l’ancienneté du diagnostic, il apparaît que le yoga a d’importants bénéfices.

De nombreux bénéfices

Les participantes au programme rapportent une plus grande activité physique et sociale, une meilleure perception de leur état de santé, un plus faible niveau de fatigue et un meilleur sommeil que les patientes n’ayant pas pratiqué le yoga. Malgré tout, les chercheurs n’ont pas noté de différence entre les deux groupes concernant les signes de dépression ou d’anxiété, deux paramètres également évalués dans le cadre de cette étude.

« C’est la première étude qui intègre le yoga dans la prise en charge du cancer » déclare Lorenzo Cohen, « Parce que le yoga agit à la fois sur le corps et l’esprit, nous pensions que les patients cancéreux pourraient en bénéficier sur le plan physique mais aussi émotionnel. Et nous avons trouvé que c’est effectivement le cas ! ».

Attention cependant, il est bien difficile de dissocier l’effet positif émotionnel et social de participer à une activité de groupe avec d’autres patientes de l’effet du yoga lui-même. Conscients de cette lacune, les médecins ont commencé une autre étude dans laquelle les patients ne participant pas aux séances de yoga bénéficieront de cours durant lesquels ils apprendront des exercices généraux de stretching. Affaire à suivre, donc…

David Bême

Source : ASCO 2006 abstract 8505 – L. Cohen & al

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*