Comment lire les Yoga Sutras de Patanjali ?

Les Yoga sūtras de Patañjali sont un recueil de 195 aphorismes, des phrases brèves, destinées à être facilement mémorisées. « Sûtra » veut dire aphorisme, ou fil, par référence au fil conducteur ou à la toile qui se tisse mot après mot. Ce texte est la base du système philosophique du yoga, il s’intéresse avant tout à la clarté du mental. Plus je l’étudie et plus je me délecte de sa subtilité et de sa profondeur. C’est un ouvrage tout bonnement incroyable. Voulez-vous une clé pour y entrer ?

File:Patanjali.jpg
Statue récente (à droite) de Patanjali, le bas du corps de Patanjali est traditionnellement représenté par un serpent (le serpent primordial)

Qui était Patañjali ?

Selon certains chercheurs, Patañjali aurait vécu 200 ans avant notre ère. D’autres théories sous-entendent qu’il n’aurait pas été le seul à avoir composé l’intégralité du livre. Certains avancent une lignée de quatorze écrivains portant le nom de Patañjali. L’analyse des styles des sutra semble montrer que la composition du Yoga-sūtra se serait étendue du IIème au IVème siècle avant notre ère.

Deux autres textes sont attribués à des dénommés Patañjali : Carakasamhita, traité de médecine, et Mahābhāṣya, traité de grammaire. Ces trois ouvrages sont trop distants (du IIe siècle av. J.-C. au IVe siècle apr. J.-C.) pour considérer qu’il s’agit du même auteur.  Des mythes racontent également que Patañjali serait venu du ciel pour apprendre le Yoga sur terre. Cet être serait tombé sous forme de serpent entre les mains d’un sage qui demandait aux dieux de lui donner un fils. Patañjali se serait transformé alors en petit garçon, que Gonika, le sage en question, a adopté. Vyâsa est le premier traducteur et commentateur connu des Yoga-Sutra, C’est un personnage réel qui a existé entre entre 600 et 800 de notre ère. Parmi les autres commentaires des Yoga Sūtra, on trouve le commentaire de Vācaspati Miśra, de Vijnanabhikshu et d’Al-Bîrunî à l’époque médiévale.
David Gordon White, dans son livre Yoga sutra, a biography (2014, Princeton University Press) retrace la redécouverte récente des yoga sutra, et sa percée tout aussi récente en Occident.

Les différentes pièces de la maison

Le texte se compose de quatre pāda qui veut dire « pied » c’est à dire un chapitre ou une section: on avance sur le chemin pas à pas !

  1. Samādhi pāda : chapitre sur l’illumination (samādhi).
  2. Sādhana pāda : sur la méthode
  3. Vibhūti pāda : sur les pouvoirs
  4. Kaivalya pāda : sur la libération

Ces chapitres sont des portes d’entrée d’un enseignement exposé de façon très cohérente :

  • 1. présentation de ce qu’est le yoga
  • 2. présentation des moyens d’y parvenir,
  • 3. présentation des pouvoirs et détours sur le chemin,
  • 4 et enfin libération.

Sandra Ermeneux compare judicieusement la lecture du texte à la visite d’une maison pleine de poussière : dans le chapitre 1, vous mettez la poussière sous les meubles pour vous frayer un premier passage, dans le chapitre 2, vous revenez faire un tour dans la maison, et vous cherchez la poussière prêts à vous y confronter. Vous êtes motivés pour nettoyer la poussière. Dans le chapitre 3, vous explorez sous les meubles, et découvrez des trésors. Et dans le chapitre 4, la maison est grande ouverte. Vous découvrez l’origine de la poussière, et vous en libérez en toute simplicité.

Par contre, pour apprécier la visite, un bon traducteur et commentateur est conseillé : un agent compétent qui vous fait visiter les pièces avec éloquence.

Plusieurs traducteurs-commentateurs sont à conseiller, par exemple : François Lorin, Françoise Mazet, Franz Moors ou encore Vimala Thaklar.

Par où commencer la lecture ?

Vous vous demandez : par où commencer la visite ? Il semble logique de commencer par le chapitre 1, puis le 2, le 3 et enfin le 4 ! Cependant, chaque sutra peut aussi être lu séparément et constituer une source immense d’inspiration pour votre pratique de yoga et surtout pour votre quotidien. J’aime construire mes séances de yoga autour d’un sutra, qui nous guide pendant plusieurs semaines. Alors, si vous ne vous sentez pas prêts à faire le grand saut, gardez le livre sur votre table de chevet (ou au pied de vos toilettes si c’est votre lieu d’inspiration), et sirotez par gorgées.

Pour vous donner des exemples de sutras inspirants (sans rentrer trop dans le détail des commentaires):

sutra II.37 « Lorsque le désir de saisir disparaît, les joyaux apparaissent ».

Quelques autres traductions :

  • Celui qui se désintéresse de l’acquisition de biens inutiles connaît la signification de la vie.
  • L’absence de volonté de mainmise donne la réalisation du pourquoi de la naissance.
  • Le désintéressement étant fermement ancré, il y a pleine réalisation du pourquoi et du comment de l’existence.

Un commentaire ?

La vie est mouvement. Tout change à chaque instant. Il est vain de s’attacher à l’impermanent en espérant le voir durer, et seule l’absence d’avidité permet d’être dans le fil de la vie, d’en connaître le sens.

La sobriété va de pair avec l’absence d’avidité (cupidité, convoitise). Cela procure un sentiment de grande sécurité et de paix intérieure qui libère un espace jusqu’alors inconnu. Parfaitement installé dans cette tranquillité interne, débarrassé de tout soucis, l’esprit s’ouvre à une compréhension complète de lui-même et des mystères de la vie. Ces domaines restent inaccessibles à celui n’a pas atteint ce niveau de dépouillement librement consenti.

Une question à creuser dans son quotidien et sa pratique de yoga :

Qu’est-ce que je cherche à contrôler autour de moi ? A quoi suis-je le plus attaché ? Quel est le changement que je crains le plus ?

II.36 « Celui qui est établit dans la modération possède une bonne énergie de vie ».

Différentes traductions :

  • Être établi dans la modération donne une bonne énergie de vie.
  • Gérer l’énergie avec sagesse procure une vitalité radicale. »
  • La tempérance étant parfaitement installée, il y a acquisition d’une force intérieur extraordinaire ».

Un commentaire ? L’équilibre et la mesure sont fondamentaux. Car ce sont les excès, les extrêmes, qui provoquent le déséquilibre et consomment notre énergie. Dans la vie ordinaire, nous gaspillons beaucoup d’énergie par manque d’équilibre physique, psychique et moral, affectif ou sensuel. La modération est la clé de la vitalité.


Une question pour moi : quels sont mes excès du moment ? Où est-ce que je me trouve équilibré(e) ?

I. 12 Le contrôle des fluctuations de l’esprit s’obtient à la fois par la pratique persévérante et le détachement.

Comment trouver l’équilibre entre l’engagement et le détachement ?

II. 3 Les causes de souffrance sont : la méconnaissance, la conscience du « je », la passion, la répulsion, la peur.

  • Ces causes de souffrance viennent du soi.
  • Laquelle de ces causes conditionne le plus fréquemment mon comportement ?

II.30 Les principes de respect à l’égard des autres sont : la non-violence, la vérité, l’honnêteté, la modération, la non-convoitise.

Ces principes de vie dans la relation aux autres sont essentiels pour pacifier le mental.

Est-ce que ces principes font partie de mon quotidien ? De quel façon mon mental m’empêche de trouver cette liberté intérieure ?

Et voici un des sutras les plus remarquables :

II. 18. Ce qui est vu se manifeste par l’immobilité, l’activité ou la clarté. Les éléments naturels et les organes sensoriels le composent et le révèlent. La raison de cette manifestation est d’en jouir ou de s’en libérer

Je crois qu’il n’y a rien à ajouter ou alors trop ! « La raison de cela est d’en jouir ou de s’en libérer ! » Je pourrais accrocher ces mots sur mes murs…

D’autres sutras sont proposés sur ce site… Cherchez les. Ou mieux : procurez vous les Yoga-Sutras !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*