Quelques Yoga-Sutras

Les sutras – ou aphorismes – du yoga, d’un sage mythique nommé Patanjali ont probablement été rédigés – ou compilés quelques siècles av. J.-C. Il s’agit du plus ancien texte connu exposant la démarche du yoga de manière ciblée. L’ouvrage a été traduit et commenté de multiples manières. Il est facilement disponible dans toutes les librairies.
Les Yoga-Sutras sont dits exposer le “Raja-Yoga“, yoga royal.  On différencie ce yoga-royal du Hatha-Yoga, qui s’est popularisé en Occident sous la forme d’une recherche du bien-être du corps et de l’esprit. Le texte référent du haṭha yoga (haṭha yoga pradipika, datant environ du XIIème siècle) est de nature pratique et fait une large place aux postures (āsana) et au contrôle du souffle (prāṇayāma). J’aurai peut-être l’occasion de vous en sélectionner aussi quelques passages prochainement.

Les Yoga-Sutra ont pour but la libération, l’union (yoga) de la conscience individuelle avec la conscience universelle. Voici quelques sutras sélectionnés parmi les 195 aphorismes des Yoga-Sutras. Il est bien difficile de choisir, tous méritent d’être connus !

I.12 abhyāsa (effort)-vairāgyābhyām (lâcher-prie) tat nirodhah (arrêt)

L’arrêt des pensées automatiques s’obtient pas une pratique intense dans un esprit de lâcher-prise

  • Abhyâsa c’est tout ce qui va être fait pour (pratiques, réflexions, …) pour purifier le corps et le mental et les emmener dans un état d’ouverture, non perturbé.
  • Vairâgya (raga = passion, attachement, vi = négatif) signifie absence de passion, d’attachement.
  • D’un côté, l’attention (la pratique intense, la vigilance) et de l’autre, le détachement. C’est l’effort de volonté et d’intelligence qui ne peut s’établir sereinement qu’avec le lâcher prise. On apprend donc que le détachement ne doit pas se faire de manière isolée, mais qu’il doit être couplée à l’effort. Il ne s’agit donc pas d’un désinvestissement, mais d’une action volontaire sans attente rigide des conséquences. Une fois que nous avons agi, le reste ne dépend plus de nous. Faisons confiance.
  • Abhyasa et Vairâgya vont de pair, ils se marient (bhyam), tout comme stira et suka (fermeté et douceur) se complètent dans la posture.

Sutra I.15. drsta-anusravika-visaya (les choses vues et entendues)-vitrsnasya (attentes) vasikara-samjna (attitude consciente) vairagya (lâcher-prise ou non-attachement)

Le lâcher-prise est induit par une attitude consciente qui libère des projections et des attentes vis-à-vis des choses du monde.

Vitrsnas : la soif spécifique (désir, attente, attachement, projection, contrôle)

Le lâcher prise est possible lorsqu’il n’y a plus d’attachement pour les éléments offerts à nos sens et les désirs imaginaires, tout en étant en parfaite conscience.

Par exemple,

si vous souhaitez avoir chaud quand il fait froid et avoir froid quand il fait chaud, vous serez toujours insatisfaits.

Si vous voulez que le monde soit blanc alors qu’il est vert, que votre compagnon soit extraverti alors qu’il est timide, que vos enfants ne grandissent jamais,

si vous avez une idée figée de ce qui doit être, vous serez toujours insatisfaits car tout est en changement dans le monde manifesté.

La solution passe par une prise de conscience de ce sur quoi nous avons prise et ce sur quoi nous n’avons pas de prise.

Sutra II.29. Les 8 piliers du yoga

Yama niyama âsana prânâyâma pratyâra dhâranâ dhyâna samâdhayo asthâv angâni

Les 8 (astha) membres (anga) du yoga sont

  • Les règles de vie dans la relation aux autres (Yama)
  • Les règles de vie dans la relation à soi-même (niyama)
  • La pratique de la posture (âsana)
  • La pratique de la respiration (prânâyâma)
  • L’écoute intérieure (pratyâra)
  • L’exercice de la concentration (dhâranâ)
  • La méditation (dhyâna)
  • L’état d’unité (samâdhi)

Chacun de ces piliers constitue un socle sur lequel les autres peuvent se construire de manière stable. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas pratiquer la méditation si vous n’avez pas une bonne posture ou des règles de vie harmonieuses, mais vous serez gênés, et vous serez possiblement limités. La posture l’illustre bien, si vous avez des difficultés dans votre assise, et que vous ressentez des parties du corps douloureuses, vous serez gênés dans votre méditation. De même en fait, si vos relations sociales sont déséquilibrées dans votre quotidien, cela impacte les piliers du dessus : votre posture, votre méditation, etc.

Autres sutras :

Traductions inspirées de Bernard Bouanchaud, François Lorin, Françoise Mazet, Franz Moors.

Dans le chapitre I – SAMADHI – PADAH : La contemplation, l’union, la totalité

I.1. Le yoga est l’arrêt des perturbations du mental.

  1. 12 Le contrôle des fluctuations de l’esprit s’obtient à la fois par la pratique persévérante et le détachement – lâcher-prise. (abhyasa et vairagyabhya) voir la page spécifique consacrée à ce sutra.
  1. 16 Le détachement a son plus haut degré, c’est n’avoir plus de désir pour aucune des qualités constitutives de la nature du fait de la prise de conscience du principe de conscience pure, stable, en chaque être.

Dans le chapitre I I– SADHANA – PADAH: Le moyen, la méthode, l’accomplissement…

  1. 3 Les causes de souffrance sont : la méconnaissance, la conscience du « je », la passion, la répulsion, la peur. (avidya, asmita, raga, dvesa et abhinivesah) (Ce sont des impuretés venant de soi)
  1. 26 La conscience d’un discernement sans équivoque arrête « l’union confuse ». (viveka = raisonnement, prise de conscience, intelligence authentique) .  Le fait de maintenir l’esprit lucide, objectif, dégagé de ses propres projections, aide à développer la conscience et à distinguer ce qui est permanent et ce qui fluctue.

II.30 Les principes de respect à l’égard des autres sont : la non-violence, la vérité, l’honnêteté, la modération, la non-convoitise. (ahimsa, satya, asteya, brahmacarya, aparigraha) Yama

  1. 42 Par le contentement on obtient le bonheur suprême. (Samtosat et sukha) Niyama.”Par la pratique du contentement, on connaît le plus haut degré de bonheur” (Yoga-Sutra  II.42). Ce sutra a beaucoup de succès auprès des élèves  ! Il ne s’agit pas de ne plus agir et de se contenter de peu, mais de se contenter de ce qui produit au-delà de nos actes. C’est vivre dans un état d’esprit où il n’y a plus de manque.

Yoga-Sutra II.48 “Lorsque nous sommes dans la posture juste, alors nous ne sommes plus assaillis par les dilemmes et les conflits.
Mais quelle est cette posture juste ?
Il s’agit, selon ces anciens aphorismes, d’un équilibre entre fermeté et absence de tensions. A la fois posture physique : assise, asana (posture de yoga), mais aussi posture mentale où il s’agit alors d’ajuster vigilance et lâcher-prise. C’est dans cette présence harmonieuse que l’absence de conflits et plus généralement l’absence d’opposés et de dualités peut avoir lieu. L’entraînement sur le tapis permet d’approcher une attitude de vie.

Dans le chapitre III- VIBHUTI – PADAH : L’accomplissement, le pouvoir, la capacité

III. 55. Lorsque la pureté du mental pacifié est identique à celle de l’entité spirituelle, c’est l’état de libération. (kaivalyam)

Dans le chapitre IV – KAIVALYA- PADAH : La sérénité, la béatitude, la libération

  1. 3. Les causes de l’évolution ne mettent pas la nature en mouvement mais elles retirent les obstacles, tel un jardinier ouvrant un canal d’irrigation.

2 commentaires sur “Quelques Yoga-Sutras”

  1. Ping :Lumières sur le yoga – novembre 2020 – Yoga : lumière de l'éveil

  2. Ping :Lumières sur le yoga décembre 2020 – Yoga : lumière de l'éveil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*