En savoir plus sur le plexus solaire

Voici quelques éléments théoriques issus des ateliers sur le plexus solaire. Pour les éléments pratiques, il faudra attendre un peu !

Ces éléments proviennent de différentes sources (livres, pages web), c’est une synthèse qui ne se veut pas exhaustive. Dans ce domaine, c’est l’expérience qui prime. Ces lignes sont une invitation à vous intéresser à ce que vous pouvez expérimenter dans votre corps et votre mental concernant le plexus solaire, à l’aide d’outils pratiques, ou simplement en vous observant.

Les plexus

« Plexus » est le nom que l’on donne à un enchevêtrements soit de vaisseaux sanguins soit de nerfs du corps humain.

–       Un plexus nerveux est une concentration localisée d’un ensemble de nerfs qui innervent des organes

–       Les nerfs contrôlent muscles, organes, émotions, intellect

–       Principaux plexus nerveux : autour des organes principaux : estomac (plexus solaire), du cœur, et aussi des organes de la reproduction.

–       Les centres nerveux correspondant aux différents plexus ne sont pas situés à l’intérieur de la colonne vertébrale mais sont poses comme des jonctions le long du mur intérieur de la colonne.

Plexus solaire carrefour du système neurovégétatif

Il tient sa qualification de « solaire » à la disposition en rayon des nerfs qui le composent. On verra qu’il le tient aussi de son lien avec le feu dans les systèmes traditionnels et la diffusion de l’énergie vitale dans le corps et en lien avec l’environnement

Appelé aussi plexus cœliaque (du grec koaelica : ventre). Il énerve le système digestif en particulier les organes de l’ abdomen (estomac, foie, rate). Sa fonction est de contrôler et réguler les fonctions digestives d’absorption des aliments.

C’est un carrefour de notre système neurovégétatif :

    • la partie sympathique : dépense d’énergie.
    • la partie para – sympathique : restauration d’énergie.

Localisation

Le plexus se trouve entre les côtes basses entre la pointe du sternum et le nombril. Difficile de définir sa « taille » exacte. Une bonne manière de le localiser est de frotter la paume de la main circulairement contre le ventre, pour ressentir un échauffement. Masser chauffer votre peau avec vos mains du nombril jusqu’à poitrine, sentir la zone, qui chauffe le plus. C’est là ! Mettez un doigt dessus, puis autre main doigt en face le long de la colonne. Appuyer fortement là profond, c’est le chakra du plexus solaire.

Symptômes d’une déficience du plexus solaire

–   Un nœud au plexus correspond à un nœud du diaphragme : muscle principal de la respiration qui ressent les émotions et le stress. C’est un signal d’alarme d’un état de stress intense ou de surmenage, voire de tourment émotionnel. Le stress ou l’anxiété, dès lors qu’ils mettent en jeu le système nerveux, provoquent des tensions au niveau de la zone abdominale, principalement sur la sphère digestive haute.

–   La contraction du plexus solaire peut entraîner à des degrés variables : crispation intense, nœud à l’estomac, respiration bloquée, sensation d’étouffements, cœur oppressé, ballonnements, colites, digestion difficile, sensation de poids ou de tension, nausées, insomnies !

–   En cas de déséquilibre prolongé, des troubles physiques peuvent survenir comme des raideur musculaires, du diabète, une hypoglycémie, des problèmes hépatiques et une faible vitalité, de la dépression.

Psychique et plexus solaire

Le plexus solaire est le lieu d’expression des émotions. Prenez le temps de sentir, quand une émotion vous envahit, à quel endroit du corps vous la ressentez. Dans de nombreuses traditions, cette zone est reconnue comme le siège de la colère ou de la peur (« la rage/la peur au ventre », le foi organe de la colère en médecine chinoise). Le dysfonctionnement du plexus solaire peut en effet venir de colères rentrées et d’anxiétés. De manière quasi unanime dans les traditions orientales, le plexus solaire est lié à l’énergie vitale, à la confiance en soi, à la motivation, voire au charisme. Un plexus solaire épanoui conduit à un sentiment de liberté sur le plan psychique. Il est lié à la force de volonté. Lorsque son énergie est déficiente, les symptômes se traduisent par la déprime, le manque de confiance, la peur et une mauvaise digestion. C’est un lieu d’échange d’énergie avec les autres, avec l’environnement. Certaines personnes pompent de l’énergie inconsciemment. Protéger son plexus pour ne pas se faire pomper ! Enveloppe protectrice autour de nous. Un plexus déficient est une porte d’entrée de l’influence des autres sur nous.

Manipura chakra

Dans la tradition des arts martiaux, du yoga et de la méditation, le plexus solaire est associé avec un centre énergétique appelé Manipura (« citée (pura) remplie de joyaux (mani) », en sanskrit). C’est un centre de diffusion et de passage de l’énergie vitale. Cette énergie vitale s’appelle Ki pour les Chinois ou les Japonais, Prana pour les Indiens. On peut le comparer au concept de pneuma dans la philosophie grecque. « Nous pourrions expérimentalement considérer le Ki ou le Prana comme une sorte d’énergie vitale qui relie à la fois esprit et le corps » écrit Tyoshaki Myoyama (theory of the body in traditional chinese medecine 1983.). Cette énergie vitale passe dans des sortes de canaux, qui s’appellent méridiens dans la médecine traditionnelle chinoise, et nadi dans la médecine traditionnelle indienne. Cette médecine traditionnelle indienne a pour nom ayurveda, science de la longévité. Elle est intimement connectée au yoga. Pour ces médecines, un déséquilibre ou un blocage dans la circulation de cette énergie vitale dans le corps engendre des maladies. Les nadis ne sont pas des nerfs mais des courants d’énergie vitale. Le sens du mot nadi est écoulement. Comme de l’électricité dans des circuits. La circulation dans les nadis dépend des heures, des mouvements solaires et lunaires, des actions des individus, etc.

Il existe selon l’ayurveda 72000 canaux dans le corps subtile. Les méridiens indiens sont moins nombreux. 1 méridien regroupe plusieurs centaines de nadis.

Il existe des zones spécifiques de concentration de l’énergie vitale, prana, dans le corps. Ces zones sont appelées chakra, « roue » ou « vortex ». Un chakra n’est pas un réservoir d’énergie. C’est plutôt un pôle électrique à partir duquel les fils électriques sont emmenés vers différentes places, maisons, rues dans les environs. Les nadis qui partent et arrivent à chaque chakra sont ces fils. La circulation du prana dans les deux sens dans ces nadis est semblable au courant électrique dans ces fils électriques. Un chakra est donc un carrefour des canaux d’énergie subtile, les nadis.

Pour l’ayurveda et le yoga, il existe 7 chakra principaux. Les chakras correspondent à des structures physiologiques ET psychiques. Les fibres nerveuses pourraient correspondre aux nadis (contrôlent organes, émotions, et intellect). A l’intersection de plusieurs nadis se formerait un chakra principal. Il existe aussi des chakras secondaires et tertiaires (qui réunissent moins de nadis).

Manipura chakra est le chakra qui recueille le plus de nadis ( on parle de 64 nadis).

Manipura est le troisième chakra en partant du bas. Il est connu pour gouverner la digestion et le métabolisme. Il associé symboliquement au feu (agni) et au pouvoir de transformation. Les Indiens ont traditionnellement tendance à la classification (je vous propose d’en consulter des exemples ici – mon site dédié aux sciences indiennes). Les énergies  Prana Vayu (énergie de stimulation) et Apana Vayu (énergie d’élimination) se rencontrent ici (lien avec les circuits para-sympathiques et sympathiques (restaurateur ou dispensateur d’énergie) ? Je ne sais pas).

Les praticiens de médecine indienne agissent sur ce chakra pour promouvoir une meilleure digestion,  élimination, les fonctions du pancréas et des reins. Un feu faible au niveau du plexus solaire  se traduit par une digestion incomplète de nourriture et des émotions et produit des toxines.

Sa position varie entre le nombril et le plexus solaire. Lorsqu’il est situé au nombril, parfois, un second chakra, appelé Surya (sun) est localisé au niveau du plexus, dont le rôle est d’absorber et assimiler le prana du soleil. Il est associé au yeux, au sens de la vue et au mouvement.

Il est associé à une glande endoctrine, comme les autres chakras. La sienne est le pancréas (qui régule notamment les hormones de la digestion, comme l’insuline).

Manipura est considéré comme une zone de diffusion du feu dans le corps, de l’énergie solaire aussi. C’est la zone de répartition de l’énergie de la nourriture et de l’oxygène dans le sang.

Fonction

Manipura est considéré comme le centre du dynamisme, de l’énergie, de la volonté et du pouvoir. Qui irradie le prana dans le corps. Associé avec le pouvoir du feu et de la digestion ainsi qu’à la vue et au mouvement. La médiation sur manipura est supposée apporter le pouvoir de régénérer.

Comparaison avec d’autres systèmes

Dans la tradition du yoga, manipura est représenté par ce symbole

(le triangle rouge représente le feu).

Les pétales correspondent au vrittis (tourbillons) du mental (ignorance, envie, jalousie, traîtrise, honte, peur, dégout, désillusions, manque de discernement et tristesse).

Vajrayana : Même représentation mais 64 pétales pour manipura chakra et le son Ah associé. La méditation sur Ah est une pratique centrale de tumo, pour activer le feu intérieur (yoga du froid). En tumo, les vents subtils (vayu) entrent dans le canal central à travers les différents chakra.

Qigong et arts martiaux : Dantians : fours qui convertissent différentes énergies dans le corps (le Ki).

Lataif-e-sitta : Dans la tradition soufi, les Lataif sont distribués le long de la colonne, mais à droite et à gauche.

Kabbala Netzach : est la qualité d’énergie qui permet de franchir différents obstacles. Et de contrôler l’énergie dans deux types de formes formes : expansion et équilibre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*