Les facettes de l’esprit et les niveaux de conscience dans le yoga et le bouddhisme

Le yoga distingue plusieurs instruments ou niveaux de conscience dans l’esprit humain qu’il appelle citta :

  • Buddhi ou Mahat: l’intelligence, la raison ou le système de prise de décision qui permet la distinction entre les choses. C’est la contrepartie individuelle de Mahat, l’intelligence cosmique.
  • Ahamkara: principe d’individuation ou ego qui unie l’âme et le corps, le «je», le moi actif, celui qui constate que « je sais ».
  • Manas: reçoit et relie toutes les impressions reçues des sens. Il supervise les 5 indriya (les sens) les 5 jñānendriya  (les organes des sens – l’oreille, la peau, l’œil, la langue et le nez) et les 5 karmendriya (la voix, la main, le pied, l’anus et l’organe génital).

Pour les Bouddhistes, il existe différents niveaux de conscience, dont le nombre varie selon les écoles. Les cinq premières de ces consciences concernent les 5 sens (vue, ouïe, odorat, goût et toucher), les indriyas des yogis. La sixième conscience est la fonction qui intègre et analyse les différentes données sensorielles pour former une image globale ou une pensée, identifiant ce que nos sens nous communiquent, c’est sensiblement la même chose que le Manas des Yogis. La septième conscience est tournée vers l’intérieure et constitue la base de notre sentiment d’identité. Tout comme l’ahamkara des yogis.

La huitième conscience (ou ālaya), est une « conscience réservoir » sorte d’« inconscient collectif ». C’est là que réside l’énergie de notre karma. Alors que les sept premières consciences disparaissent lors de la mort, la huitième conscience demeure. Elle peut être considérée comme le flot de vie qui entretient les activités des autres consciences. Les expériences décrites par ceux qui ont survécu à une mort clinique sont peut-être à la frontière des septième et huitième consciences. La neuvième conscience est désignée comme la conscience fondamentalement pure. Ne contenant aucune impureté karmique, cette conscience représente le soi éternel. Ces 8ème et 9ème conscience semblent connectées à la Buddhi des yogis et au Purusha. Mais la conscience  réservoir manque à l’appel dans le bestiaire des yogis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*