Dhâranâ : la concentration

Signification

Dhāraṇā signifie : qui tient, qui porte; qui garde, qui protège.

Origine du concept

Dans les Yoga Sūtra, dhāraṇā représente le sixième membre (anga) juste avant dhyāna (méditation) et samādhi (libération) et après pranayama (souffle). Cette concentration constitue une étape indispensable pour le samâdhi. Patañjali défini Dhāraṇā comme « La fixité du cittavṛtti (le mental) sur un espace ou un objet ».  On choisit un seul objet : ekagratta (eka=1). Le samādhi repose essentiellement sur une modalité de la conscience, capable de s’identifier totalement avec l’objet de la méditation, c’est une concentration dans l’union.

Principe

« Les états de conscience se succèdent sans jamais se chevaucher. Ils constituent une série discontinue d’instants. Ordinairement, nous avons pourtant l’impression de penser à notre prochain voyage, et en même d’entendre notre voisin arriver. En réalité, ce n’est pas ce qui se passe, nous passons très vite de l’un à l’autre. Nous allons de l’image de notre prochain voyage au bruit que fait notre voisin, puisque nous revenons presque instantanément à notre futur voyage. C’est une chose difficile à saisir mais que toute personne attentive pourra constater. Les différents états de conscience se suivent et ne se chevauchent jamais. La concentration, au sens yogique du terme consiste justement à prendre une seule image mentale et à demeurer fixé sur elle, exclusivement sur elle, sans que le mental dérive sur une autre image. Cela implique une chose qui peut nous paraître étrange : lorsque la concentration est réalisée, l’esprit est dans un état d’absorption, complètement identifié à l’objet sur lequel il médite, que ce soit une divinité, un lotus, ou l’arbre du jardin. La concentration dont il s’agit dans le chemin spirituel demande donc une fixation de l’esprit sur un seule pensée. Cela nécessite un exercice long, minutieux, des mois, des années de pratique quotidienne accomplie avec patience, persévérance. Arriver simplement à 10 min de concentration vraie, c’est-à-dire sans qu’aucune pensée parasite ne vienne perturber l’exercice, implique en fait un changement radical de vie. Toutes les préoccupations, les distractions qui nous occupent habituellement passent peu à peu au second plan. Progressivement, notre vie s’oriente autrement. Et cela simplement parce que nous tentons de demeurer parfaitement concentrés sur une seule image mentale un temps relativement bref. Ce qui nous permet de réaliser les états de concentration est d’abord « un intense désir de réaliser l’absorption intérieure ». Cette aspiration se dessine parfois comme une insatisfaction profonde alors même que nos désirs mondains ont été satisfaits, un manque que rien ne peut combler. Elle apparaît aussi comme une nostalgie difficile à cerner. C’est ce « feu » qu’il faut reconnaître et entretenir en nous comme la chose la plus précieuse. Mais cela est difficile dans une société qui voit en toute chose du psychologique et qui explique de cette façon ce sentiment de manque originel » Eric Sablé, Mahamudra

Discussion : la vision psychologique en l’occurrence n’est pas incompatible, si on se réfère à la plénitude du bébé in utero, sans pensée, relié.

Expériences

Le mental est comme une langue de caméléon, il attrape tout ce qui passe à sa portée. Difficile de le garder sagement au chaud dans son lieu de repos ou de le figer sur une seule proie.

La technique de méditation bouddhiste Tergar a été enrichissante pour moi, car elle m’a permis en particulier d’affermir ma vigilance. À force de placer l’attention sur un objet déterminé (un son, une sensation, etc. à condition de ne pas en changer le temps de la méditation), j’ai le sentiment de mieux parvenir à stabiliser les tourbillons du mental. Comme la décision de méditer sur le support choisi, doit être respectée tout le temps de la méditation, il s’agit d’une discipline mentale ! Et cela permet d’exercer notre vigilance car l’esprit a tendance à vouloir s’en écarter ! J’ai parfois l’impression, dans ces pratiques de méditation, que mon cerveau est un muscle que je sollicite dans ses moindres recoins, et que je lui fais pratiquer un sport de haut niveau. Parfois c’est un sport de combat. Mais à un moment, la conscience s’ouvre… La méditation (dhyāna) a alors lieu. Et j’ai particulièrement été sensible, dans l’enseignement Tergar, à l’insistance mise sur la combinaison de la vigilance et du lâcher-prise, qui est aussi évoquée par le sutra I.12.

L’autre élément important permettant la réalisation des états de méditation est l’effort (tapas), le fait de s’exercer avec constance, régularité. « Certains Occidentaux préfèrent entendre qu’il n’y a rien à faire, que tout est là, présent, la non dualité à la portée de tous. Cela est vrai, mais la non-méditation vient à la fin du chemin, et ces paroles non dualistes sont seulement vraies pour ceux qui les réalisent avec tout leur être à chaque instant. Les Occidentaux veulent bien redoubler d’effort pour obtenir un diplôme, apprendre un sport, un art, mais le spirituel, la méditation sont du domaine de la détente, du non-faire. Alors ils se racontent des histoires, ils interprètent les textes à leur manière» (Eric Sablé, op cit).

Astuce

Tashi Namgyal propose d’arrêter la pratique lorsque l’esprit est présent, sans pensées, lucide. Puis demeurer quelques instants détendu, avant de reprendre la pratique. Ces brefs arrêts permettent d’être contents de reprendre la méditation, après l’avoir quittée dans un état de paix. Si nous avons une pratique trop longue, nous risquons de nous fatiguer, surtout au début.

Vous remarquerez peut-être que lorsque vous vous concentrez trop fortement, votre souffle se suspend. Les yogis ont remarqué que ça marchait aussi dans l’autre sens. Si vous travaillez sur votre souffle avec suspensions (pranayama), vous pourrez mieux vous concentrer. Mais si vous bloquez trop, il vous manque le lâcher prise. L’idée est que le souffle soit très ténu, comme suspendu, mais qu’il poursuive quand même son mouvement. De même, vos pensées resteront en arrière-plan, mais de manière si ténue qu’elles ne vous gêneront plus.  On est sensé atteindre un état où le souffle est si fluide qu’on ne distingue plus insp et exp (cf sutras sur pranayama). Ce souffle sera le reflet des pensées qui passent de manière très fluide, presqu’imperceptibles. Donc cette concentration n’est pas une focalisation mais une attention englobante (comme en escrime, vous serrez l’épée avec légèreté).

On peut comparer dharana avec l’expérience des images en 3D (livre magic eyes). On focalise sur un point de l’image et d’un coup tout s’ouvre et on voit en 3D.

En pratique

La concentration peut se faire sur un objet visuel, un mantra, des sons extérieurs, une partie du corps….

On la pratiquera pendant une posture (observer une partie du corps, ou le souffle), ou dans une méditation. Voir par exemple le protocole de méditation proposé et choisir un support pour placer son attention (dans l’étape 3). L’idée est d’être en relation avec le support sans être rigide, comme si on posait son attention avec délicatesse, et même comme si on était amoureux (de ce support). Sans jugement, sans réflexion intellectuelle sur le support, dans une relation bienveillante. Si vous êtes distraits par des pensées, c’est naturel. L’idée est de s’en rendre compte avant qu’elles ne vous embarquent dans un flot continu de pensées qui vous feraient perdre votre relation au support. Si cela arrive, revenez simplement sur le support.

La concentration se fait sans tensions, et sans considérations mentales sur les caractéristiques du support choisi, qui ne seraient que des pensées séparatrices.

On peut remarquer que souffle et concentration sont liés, plus on est concentrés plus le souffle est suspendu. Mais il y a un enjeu à ne pas bloquer le souffle car cela signifie que la concentration est trop rigide. Le souffle devrait au contraire devenir naturellement ténu, presqu’imperceptible mais continu.

Citation

« De la même façon que l’athlète développe méthodiquement ses muscles par un entraînement scientifique et gradué, la faculté d’attention concentrée peut se développer scientifiquement par un entraînement méthodique – se développer au point d’obtenir que la concentration puisse se produire à volonté et sur n’importe quel sujet ou activité. Ainsi le travail de préparation, au lieu d’être fait dans le subconscient par une répétition lente et soutenue des mêmes mouvements, est fait consciemment par la concentration à volonté et l’attention rassemblée, centrées sur un point ou l’autre suivant le plan et la décision. La difficulté principale semble être d’obtenir ce pouvoir de concentration indépendamment de toute circonstance intérieure ou extérieure, résultat difficile peut-être, mais pas impossible pour celui qui est déterminé et persévérant. D’ailleurs, quelle que soit la méthode de développement choisie, la détermination et la persévérance sont indispensables au succès.
Le but de l’entraînement est de développer ce pouvoir de concentrer l’attention à volonté sur tout sujet ou toute activité que l’on choisit, depuis les plus spirituels jusqu’aux plus matériels, sans rien perdre de la plénitude du pouvoir – par exemple, dans le champ d’activité physique en transférant l’emploi de ce pouvoir d’un jeu à un autre, ou d’une activité à une autre, et en réussissant également dans tous.
Cette extrême attention concentrée sur un jeu ou une activité physique, comme le travail aux poids et haltères, la voltige, le punching, la course, etc… faisant converger toutes les énergies sur n’importe laquelle de ces activités, produit dans le corps le tressaillement d’un enthousiasme joyeux, qui apporte la perfection dans l’exécution et le succès. Généralement ceci arrive quand le sportif a un intérêt spécial dans un jeu ou une activité, et cela échappe à tout contrôle, décision ou volonté.
Cependant, par un entraînement convenable de l’attention concentrée, on peut obtenir ce phénomène à volonté, au commandement pour ainsi dire, et la perfection résultante dans l’exécution d’une activité quelconque s’ensuit inévitablement.
Ceci est exactement ce que nous voulons essayer dans notre Section d’Éducation Physique. Par ce procédé le résultat viendra peut-être plus lentement que par la méthode ordinaire, mais le manque de rapidité sera certainement compensé par la plénitude et la richesse dans l’expression. »

La Mère in “Bulletin”, Avril 1949 dans le volume “Éducation”, pages 222-224

Quels supports ?

Il est intéressant de remarquer que les Tibétains privilégient l’utilisation des images comme objets de concentration (Guru, Déesse, lotus), alors que les Indiens ont une préférence pour les sons, les mantras, qui demeurent la pratique la plus répandue en Inde. Cela signifie peut être que les Tibétains sont plutôt des visuels et des Indiens plutôt des auditifs.

– réciter un mantra (avec son ou intérieurement) : Ram, Ram, Ram. Oooooommmmm, Om namah sivayah. Un mantra qui se calque au souffle (expir), donc pas trop court ni trop long.

– choisir un support visuel, un objet, une image, une plante ou juste ce qu’il y a devant soi.

– observer le mouvement respiratoire

– l’air à la base du nez

– compter les respirations

– sensation physique

– émotion

– musique, son

– pensées. On par exemple se concentrer sur le flot des pensées, ou sur la naissance des pensées à l’instant où elles apparaissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*