Mula bandha et ashvini mudrâ

Signification

  • Mula : racine
  • Ashvini : jument. Après avoir expulsé son crottin, la jument dilate et contracte plusieurs fois l’anus.
  • Bandha : ligature
  • Mudra : geste, sceau

Intention – objectif

Mula et ashvini servent

  • à retenir la pression exercée par l’appui des organes et du diaphragme lors de la respiration (inspiration en particulier).
  • à accompagner la remontée de l’air et du prana lors des expirations.

Analogies

  • On peut comparer notre corps à une plante qui s’enracine dans le bassin, dans le sacrum, d’où s’élève sa tige souple.
  • Les bandhas servent à contrôler et à guider le prana mis en circulation par le pranayama. Ils servent de fusibles et de transformateurs ! Sans les bandhas, c’est comme créer des courts-circuits dans le corps pranique !
  • Une autre image consiste à visualiser une trappe de foyer qui se ferme pour maintenir l’énergie vers le haut.

Description

  • À travers le sacrum, circule un réseau de nerf qui irrigue le colon, le rectum, la vulve, la vessie, le clitoris, le pénis, … tout le système parasympathique pelvien. Ashvini mudra induit une prise de conscience de la région du sphincter anal et du plancher pelvien, et fortifie les muscles intéressés ce qui permet de pratiquer ensuite Mula bandha sans difficulté.
  • Le sphincter anal est contracté en permanence sauf quand nous allons à la selle. Mais il est possible de le contracter davantage (lorsqu’on n’a pas la possibilité tout de suite d’aller à la selle par exemple) ou de l’ouvrir davantage (lorsqu’on est constipé par exemple)…

Position – action

  • Ashvini mudra consiste à contracter (3 s par ex.) et relâcher (3s par ex.) successivement. Il peut s’effectuer dans toutes les positions, mais pour apprendre, il est plus aisé de se placer à plat dos, jambes pliés, pieds au sol écartés de la largeur du bassin. Dans cette position, la sangle abdominale peut se relâcher plus facilement.
  • Mula est plus puissant et plus prolongé qu’ashvini. Et par ailleurs, il agit plus haut.
  • Comme ce ne sont pas des muscles qui font l’objet d’un entrainement conscient, la pratique progressive et régulière est nécessaire !

Étapes de mula bandha :

Contraction du sphincter anal interne et externe (Bien contracter les deux sphincters anaux : celui qui ferme l’extrémité du tube digestif, et le sphincter externe, situé environ 2 à 3 cm plus haut dans le rectum.)

  1. Contraction du muscle releveur de l’anus
  2. Contraction du plancher pelvien
  3. Contraction du bas ventre pour repousser les viscères vers le haut.

Précautions

Durée

Séries de 3 à 20 contractions.

Schéma

Le « hamac » musculaire est percé de trous pour laisser passer nerfs, organes et veines.

L’importance de la contraction du second sphincter annal découle du fait que c’est juste au-dessus de cet anneau que se situent les terminaisons de certains nerfs qui contrôlent colon, diaphragme

Place dans la séance

Il est bon de stimuler mula bandha lors des rétentions pour équilibrer l’action supérieure et inférieure du système parasympathique.

Contre-indications

Effets

Physiologiques

  • Ashvini Renforce et assouplit à la fois le plancher pelvien, bonne préparation à l’accouchement, et aussi très conseillé pour le post-partum. Aide à limiter les descentes d’organes.
  • Prévention des hémorroïdes, (décongestion des veines).
  • Avec une bonne maîtrise, permet de nettoyer le colon par le bas en aspirant de l’eau par l’anus (élimination des résidus)

Neuro-Cognitifs et spirituels

  • Action sur système nerveux autonome, le système para sympathique (bénéfique pour constipation).

« Subtils »

  • Maintien du prana dans le canal central ; vers les chakras « supérieurs ».
  • Activation de muladhara.

Un exercice intéressant consiste à sentir ce qui est là naturellement comme contractions du plancher pelvien avec l’émission de consonnes F, S, M, L…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*